Reportage

Tabaski2021: Le fil bouton en vogue

Les coutures en vogue. Le fil bouton un art qui rend les tenus traditionnelles plus attrayantes est prisé en cette période de fête. Les acteurs qui sont en étroite collaboration avec les tailleurs sont revenus sur la complexité de leur travail. Ces derniers signalent aussi, le fait qu’ils n’y voient pas du tout leur chiffre d’affaire augmenter.

A quelques semaines de la tabaski Dakar vit au rythme de la fête. Les populations se ruent vers les couturiers et confectionneurs de fil bouton. Une occasion saisie pour aller à la rencontre des acteurs de ce métier très prisé par les sénégalais.

” Je pratique ce métier depuis 10 ans. C’est un métier qui demande beaucoup d’attention. Nous travaillons avec les tailleurs qui après avoir confectionnés les habits nous les amènent pour qu’on les finalise. “

Selon assane niasse, le prix dépende du model. ” Yen a qui coute 1000 FCFA, 1500fcfa et même 2000 FCFA. ” Khadim qui exerce se métier depuis deux ans souligne les difficultés de ce métier.” C’est un métier très difficile. ça te prend tout ton temps. Quand tu réalise un model, tu dois te concentrer. Sinon, tu risque de passer à coté.”

Le fil bouton un art qui rend les tenu traditionnelles plus attrayantes. Cet art d’embellir les boubous fait son bonhomme de chemin. Seulement les acteurs n’y trouvent pas parfois leur compte. Car les prix sont dérisoires.

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *